Club des Ânes

La Société du Club des Ânes recherche la vérité, dans et par le doute.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Dominique Larrey

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anachronix
Admin
avatar

Nombre de messages : 265
Age : 58
Localisation : AULT
Date d'inscription : 16/05/2005

MessageSujet: Dominique Larrey   Sam 29 Déc 2007 - 19:40

Larrey commence sa carrière en 1787 comme chirurgien de la marine royale sur la frégate la Vigilante en mer d'Irlande. Second chirurgien interne aux Invalides, il devint le disciple et l'ami du célèbre Sabatier.
En 1792, Il est chirurgien aide-major à l'armée du Rhin, première étape d'une carrière qui le conduisit sur tous les champs de bataille d'Europe, de l'Espagne à la Russie, et même dans les déserts d'Égypte et de Syrie.
Chirurgien de première classe, en 1792, dans l'armée du maréchal Luckner, il crée des ambulances volantes, à la tête desquelles il courait enlever les blessés sous le feu des batteries ennemies. Il est ensuite chirurgien principal à l'armée de Custine, puis chirurgien en chef de la 14e armée républicaine en 1794. Il organise l’École de chirurgie et d'anatomie de Toulon, professeur à l'École militaire de santé du Val-de-Grâce, en 1796. Il est chargé de l'inspection des camps et des hôpitaux de l'armée d'Italie (1796), puis nommé chirurgien en chef à l'armée d'Egypte[2].
À la bataille d'Aboukir, il sauve le général Fugière, sous le canon de l'ennemi, d'une blessure à l'épaule.[3] Au siège d'Alexandrie, Larrey trouva le moyen de faire de la chair de cheval une nourriture saine pour les blessés, et fit tuer pour cet usage ses propres chevaux.
En 1802, il est chirurgien en chef de la Garde des consuls. Inspecteur général du service de santé des armées, en 1805, et chirurgien en chef de la Garde impériale. Il était franc-maçon[4].
En 1804, Larrey reçoit une des premières croix d'officier de la Légion d'honneur de la main du premier Consul, qui lui dit : C'est une récompense bien méritée.
Il est nommé baron d'Empire en 1809, sur le champ de la bataille de Wagram, et inspecteur général du service de santé militaire en 1810[5].
Il fait toutes les campagnes du Premier Empire en qualité de chirurgien en chef de la Garde impériale[6]. En 1813, il prend la défense des conscrits blessés à la main et accusés de se mutiler volontairement, ce qui lui valut une haine farouche de Soult.[7]
Blessé à la bataille de Waterloo[8], prisonnier des Prussiens, il fut sur le point d'être fusillé à cause de sa ressemblance avec Napoléon[9], mais fut relâché sur ordre de Blücher, dont il avait soigné le fils.
La Restauration le tint à l'écart mais il fut rappelé par la Monarchie de Juillet.

Texte de wilkipedia

_________________
…ils avaient doutés, mais s’étaient battus avec courage, alors, et à l’heures dite, ils le virent… et saluèrent par une immense clameur le Soleil qui s’était levé au convenu, donnant et l’espoir et les bonnes augures…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eric.pendule.voila.net/index.html
 
Dominique Larrey
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» l’hôpital militaire Dominique Larrey
» La géographie culturelle selon Dominique Crozat et Jean-Paul Volle (Montpellier III)
» Le rosaire, « psautier de Marie », est proposé par la Vierge Elle-même à Dominique.
» Saint Dominique Savio
» Sainte Françoise Romaine et Saint Dominique Savio, commentaire du jour "Pardonne-nous nos offenses..."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Club des Ânes :: Histoire. :: Les membres du club-
Sauter vers: