Club des Ânes

La Société du Club des Ânes recherche la vérité, dans et par le doute.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Position de la femme.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anachorète
Langue pendue des Mastabas
avatar

Nombre de messages : 44
Localisation : Cuevas de Altamira
Date d'inscription : 21/05/2005

MessageSujet: Re: Position de la femme.   Mer 1 Juin 2005 - 8:56

sunny La femme égyptienne jouissait de l’égalité juridique vis-à-vis de l’homme, cependant dans la vie publique la plupart des hautes charges étaient accaparées par les hommes.
Certaines reines collaborèrent de façon très active dans la politique suivie par leurs époux. Les filles des souverains jouissaient, elles aussi d’une position enviable. Dans la Basse Époque, une de celles-ci, arriva à exercer la haute charge de « Adoratrice Divine » supplantant même le pouvoir du grand Prêtre d’Amon. Il y aurait même eu cinq ou six femmes qui détinrent le pouvoir suprême.

farao Cette égalité théorique se remarquait surtout parmi les classes privilégiées de la société égyptienne. Les femmes nobles possédaient des titres honoraires religieux et civils, et disposaient de biens propres qu’elles administraient elles mêmes pouvant par la suite les léguer librement à ses héritiers.
Contrairement à la majorité des femmes contemporaines, les égyptiennes jouissaient d’une position sociale évidente. Les voyageurs étrangers s’étonnaient de les savoir propriétaires de terres, participant à des transactions commerciales sans l’aide des hommes.

farao C’est surtout dans la sphère privée que la femme exerçait ses principales activités, comme « Dame ou Maîtresse de la maison ».
Lorsqu’elles se mariaient, elles continuaient à disposer de leurs biens qu’elles récupéraient totalement lors d’éventuels divorces. Elles n’avaient pas besoin de tuteur pour participer à des actes publics. Cette égalité les rendait totalement responsables de leurs actes et elles pouvaient être traînées en justice et punies avec la même sévérité que les hommes.

farao La situation normale de la femme était celle de femme mariée, la famille monogamique étant le noyau de la société égyptienne.
Le célibat ne faisait pas partie de l’idéal égyptien, de ce fait, on ne connaît pas quelle était la position sociale de la femme célibataire.
Par contre, la lecture de stèles votives nous apprend que depuis l’Ancien Empire lorsque, par manque de rentrées économiques, la situation des veuves était, précaire, celles-ci pouvaient bénéficier d’aides grâce aux fonctionnaires de biens. flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anachorète
Langue pendue des Mastabas
avatar

Nombre de messages : 44
Localisation : Cuevas de Altamira
Date d'inscription : 21/05/2005

MessageSujet: Re: Position de la femme.   Ven 10 Juin 2005 - 15:45

Crying or Very sad Le plus souvent l’histoire relate les faits marquants des Grands, ceux qui on laissé des traces profondes comme monarques, guerriers, bâtisseurs, artistes ou scientifiques, le petit peuple lui restait dans l’ombre, il n’intéressait personne.
sunny Il semble cependant que son histoire ne restera pas négligée par tous, les pharaons et les personnages importants de la classe aisée égyptienne emporteront avec eux, dans l’au-delà, le souvenir de ces gestes simples qui les ont fait vivre.
farao De nombreuses peintures murales et des maquettes en bois retrouvées dans les pyramides et les grandes nécropoles, permettent maintenant de nous faire connaître la face la plus humble de la vie de cette extraordinaire civilisation.

queen La femme et les travaux agricoles.

Les travaux des champs n’étaient pas seulement réservés aux hommes, ils concernaient la famille, les femmes accomplissaient des travaux bien spécifiques qui leur étaient spécialement réservés, et cela en plus de leur tâche de mère.



Si les plus lourds étaient réservés aux hommes, tels que le labour et la moisson, la femme accompagnait son époux pour les semailles et ensuite pour recueillir les épis lors des moissons.



Ce sont les hommes, parfois aidés par des ânes, qui emmenaient ces épis vers l’aire où les femmes armées de grandes pelles soulevaient les épis pour en faire tomber le grain et ainsi, aidées par le vent, séparaient le grain de la paille.

Le grain venait moulu dans des moulins en pierre et la farine passait ensuite, en mains féminines pour l’élaboration du pain et de la bière qui était la boisson nationale… mais ça c’est une autre histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Position de la femme.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le "salam" entre homme et femme
» Mémoire d'élève sage-femme
» Comment rendre une femme heureuse
» Les pertes s'écoulant de la femme
» Jonas poésie : FEMME LIBRE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Club des Ânes :: Recherches :: Réflexions.-
Sauter vers: